La dématérialisation, grande gagnante de la Covid-19?

La dématérialisation c’était jusqu’à présent un phénomène présent surtout dans les grandes entreprises. On s’aperçoit après plus d’une année de pandémie qu’elle est en train de devenir un véritable raz-de-marée, même dans les petites et moyennes entreprises. La fermeture forcée de presque l’intégralité des entreprises dans le monde les a obligées à trouver des solutions. Le petit épicier s’est mis au “click’n collect” comme le géant de la Silicon Valley. Les spécialistes du digital n’ont pas connu la crise : développeurs web, graphistes, spécialistes du marketing en ligne, etc., ont vu arriver des profils qu’ils n’avaient pas l’habitude de rencontrer. La dématérialisation est un phénomène global qui n’est pas forcément encore bien défini, mais qui va sans doute venir bouleverser le quotidien des PME. Ce nouvel élan qui semble tout emporter sur son passage mérite bien qu’on s’y attarde un peu.

C’est quoi exactement la dématérialisation ?

Depuis un an, on entend ce terme un peu partout et on peut être un peu perdu quant à son sens. On le confond souvent avec la digitalisation, car les deux sont intrinsèquement liés. Il n’y a pas de digitalisation sans dématérialisation. C’est un outil qui permet d’améliorer son rendement, son efficacité et sa visibilité en utilisant les technologies numériques. Par exemple, un magasin en réel qui propose ses produits en ligne se dématérialise. Il va digitaliser son offre pour gagner du temps, mais aussi pour conquérir un nouveau marché loin de sa localisation. Pour prendre un exemple concret, on peut dire que la dématérialisation, c’est aussi le télétravail. L’entreprise va digitaliser son outil de travail pour que ses collaborateurs puissent travailler partout dans le monde. C’est évidemment une résultante du confinement où un grand nombre de professions ont dû se mettre à vitesse grand V à la dématérialisation de tous leurs process. Les limites de cette nouvelle façon de travailler d’appréhender le business qu’il soit en B2B ou en B2C n’arrêtent pas d’évoluer puisque à chaque innovation, elles sont repoussées. Par ailleurs, elle propose des solutions adaptatives qui permettent à toutes les tailles d’entreprises de pouvoir en profiter. L’Intelligence artificielle et l’e-learning sont évidemment un des piliers de cette tendance.

La pandémie comme accélérateur de croissance

La tendance ressemblait à une vague puissante, mais la crise liée à la COVID-19 en a fait un véritable tsunami. Certains secteurs ont digitalisé depuis longtemps. On peut penser aux jeux vidéo qui aujourd’hui ont tellement poussé la dématérialisation loin qu’il est devenu difficile de trouver un jeu concrêt en magasin. Le commerce en ligne, toutes les entreprises de la génération Internet sont à la pointe, si elles n’en sont pas les initiatrices, mais aujourd’hui, on parle bien de l’ensemble des secteurs. L’avantage de la digitalisation n’est pas uniquement pour les loisirs comme les jeux de casino en ligne et autres streaming ou réseaux sociaux qui ont connu une ascension fulgurante lors des confinements. Très clairement, cela démontre que ceux qui avaient déjà dématérialisé ont été les grands gagnants de la crise. Évidemment, le confinement et le chômage ont poussé les habitants de la planète vers les loisirs en ligne avec la fermeture de tous les lieux de divertissement, mais tous ceux qui étaient réfractaires à la consommation en ligne ont été dans l’obligation de s’y mettre. Logiquement, l’offre a dû s’adapter. Sur la période, la consommation en ligne a augmenté de 30%. On a vu le secteur de l’agriculture locale et bio lancer des « click n collect » et des sites pour réceptionner les commandes. Ce mouvement a été amplifié bien évidemment par le télétravail. Les entreprises ont dû muter  dans un claquement de doigts pour proposer des outils de travail facilitant la dématérialisation afin que leurs collaborateurs puissent travailler de chez eux. Si la digitalisation est un mouvement ancien, on peut dire que la pandémie l’a ancré comme une norme. La Loi El Komri de 2017 a eu peut-être comme seul avantage d’accélérer la tendance notamment pour la dématérialisation des fiches de paie.

dématérialisation

La dématérialisation des enjeux pluridisciplinaires

Pour dématérialiser, il faut des programmes et donc des entreprises proposant des solutions adaptées à la demande. Une PME n’aura pas les mêmes besoins qu’un artisan. Chaque métier peut avoir des spécificités. On peut penser à la digitalisation des ressources humaines qui va demander tout un processus en matière de légalité et de droit social. Il faut aussi penser à l’investissement dans les serveurs et dans le cloud. On voit d’ailleurs que la ruée sur le matériel informatique a provoqué une pénurie de cartes graphiques et par extension de puces électroniques. C’est tout un secteur qui va devoir s’adapter à une demande qui est exponentielle. Cette réponse est l’enjeu de ce que l’on appelle la dématérialisation.

This entry was posted in Économie. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *